« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Enrico PIERANUNZI : As Never Before

Enrico PIERANUNZI : As Never Before

Enrico Pieranunzi rencontre Kenny Wheeler comme jamais auparavant.

D 17 octobre 2008     H 18:00     A Yves Dorison    


Il y a bien des albums d’Enrico Pieranunzi qui nous sont indispensables, pour diverses raisons. Que l’on ait une irrépressible envie de classicisme post-moderne ou que l’on veuille respirer les effluves d’un lyrisme latin, que l’on se sente un désir d’improvisation, de déconstruction, ou encore que l’on souhaite simplement dépasser la rythmique horlogère - le temps d’un disque - et l’on se tourne vers « Alone Together », « Improvised forms », « Les amants », « Racconti Méditerranei », « Live in Japan », « Special encounters ». La liste n’est pas exhaustive. Car Enrico Pieranunzi est prolifique et, on doit le noter, d’une constance dans la qualité qui nous étonne souvent.

Le trio Pieranunzi / Johnson / Baron est l’une des formations que privilégie le pianiste depuis vingt-quatre ans. S’il n’a pas l’aura d’autres trios actuels, il est tout de même l’un des rares, à l’heure actuelle, capable d’une empathie musicale plus qu’éloquente quand elle n’est pas proprement saisissante. Joey Baron fait preuve dans ce contexte de légèreté et de nuance. Marc Johnson, lui, dessine des lignes rythmiques, propres à nourrir le jeu du pianiste, qui démontrent, mais le faut-il encore, toute l’étendue de son talent. Ce trio progresse et on ne s’en lasse pas.

As never before -  voir en grand cette image
As never before
Camjazz - 2008.

Chemin faisant, en 2004, il a croisé la route de Kenny Wheeler. C’était un rêve pour Pieranunzi, il l’a réalisé. « As never before » en est le fruit. Wheeler, 74 ans lors de l’enregistrement, ne montre aucun signe de faiblesse. Son aptitude à développer les climats tend à la perfection. Son jeu mélodique, à la mélancolie dosée, s’intègre au trio avec élégance. L’équilibre entre les musiciens apparaît comme évident et ils tirent, ensemble, des compositions d’Enrico Pieranunzi une forme de quintessence qui ne laisse pas l’auditeur indifférent, bien au contraire. Avec cet album, sans esbrouffe, comme toujours, le pianiste romain pose avec délicatesse une touche supplémentaire dans son anthologie personnelle du raffinement.


> ENRICO PIERANUNZI - « As Never Before » - Camjazz CAMJ 7807-2, 2008 - distribution Harmonia Mundi.

1. Soundings 2. Improheart 3. A Nameless Gate 4. As Never Before 5. Many Moons Ago 6. Impromind 7. Song For Kenny 8. Time’S Passage 9. Winter Moon

Enrico Pieranunzi, piano / Marc Johnson, contrebasse / Joey Baron, batterie

Enregistré en novembre et décembre 2004, en Allemagne.


> Lien :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre 2017 – Pile de Disques de décembre 2017