« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2006 » MEDERIC COLLIGNON et Jus de bocse

MEDERIC COLLIGNON et Jus de bocse

Porgy and Bess

D 22 novembre 2006     H 22:15     A Jacques Chesnel    


Une autre version de l’opéra

Que n’a-t-on dit, écrit, commenté sur ce musicien hyper-doué, du meilleur et du pire, tant est hors codes établis son indéniable talent : punk ( ?), délirant, déjanté, trublion, vibrionnant, bidouilleur,voire déconneur, pour tout dire, allons, tout à fait barjot, joyeux lutin un peu dingo… oui oui, tout ça !... hors voilà que le sujet de ces épithètes ébouriffants se permet, ô sacrilège, de s’emparer d’un opéra, celui de l’intouchable George Gershwin Porgy and Bess (créé en 1935) et l’objet de tant et de si meeeerveilleuses interprétations… et bien, on allait voir ce qu’on allait entendre, tudieu (tue Dieu !)…

Médéric Collignon / Jus de bocse -  voir en grand cette image
Médéric Collignon / Jus de bocse
Porgy & Bess - Minium - 2006

Avec son Jus de bosce (allusion phonétique au juke-box d’un autre âge), le spécialiste du bugle et du cornet de poche propose une interprétation relativement sage basée sur la relecture des arrangements de Gil Evans pour Miles Davis il y a cinquante ans, avec une omission volontaire, celle de Summertime, thème remplacé par une composition du contrebassiste Ron Carter qu’on trouve dans l’album E.S.P. du légendaire quintette de Miles Davis… ce qui ne l’empêche pas de se permettre quelques fantaisies vocales délirantes comme dans I Loves you, Porgy.

Par l’entremise du ré-enregistrement le quartette se transforme en big band de multiples cuivres du meilleur effet et ce dès le premier titre. Ce qui frappe pour certains et étonnera pour d’autres, c’est le respect de l’œuvre, le sérieux de l’entreprise, la précision de son jeu de Médéric, le lyrisme qui s’en dégage ( l’interprétation déchirante Bess, you is my woman now).

Bref, bien plus qu’un simple objet de curiosité, un beau disque, un très beau travail, tout simplement.


> ref : Minium MIN010 - distribution Discograph

Médéric Collignon (cornet, bugle, voix), Franck Woeste (fender Rhodes)
Frédéric Chiffoleau (contrebasse), Philippe Gleizes (batterie), Marie Ménand (voix) sur 1 titre.

Enregistrement juin 2004

1/ My man’s gone now. 2/ The buzzard song. 3/ Bess, you is my woman now. 4/ Gone. 5/ Gone, gone, gone. 6/ I loves you, Porgy. 7/ Bess, oh where’s my Bess 8/ Prayer (Oh docteur Jesus). 9/ Fisherman, strawberry and devil crab. 10/ Here come de honey man. 11/ My ship. 12/ It ain’t necessarily so. 13/ Mood.


Lien :

http://www.miniummusic.fr

Dans la même rubrique

30 décembre 2006 – Label Rude Awakening : La Poche à Sons et Fonetik

30 décembre 2006 – Michel FERNANDEZ Trio : Eléments

28 décembre 2006 – Deux duos de Jack DeJohnette

28 décembre 2006 – ZIG-ZAG TERRITOIRES & LABEL LABORIE

24 décembre 2006 – Eric LEGNINI Trio : un héritage revendiqué !

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre 2017 – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre 2017 – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble