« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Archives » Enrico Rava quintet à Chambéry le 9 janvier.

Enrico Rava quintet à Chambéry le 9 janvier.

Ambiance italienne dans un début d’hiver bien hésitant

D 18 janvier 2007     H 08:17     A Dominique Giard    


Chambéry - Espace Malraux - 9 janvier 2007

Chambéry fut naguère un fief italien, avant que la Savoie ne soit définitivement -n’en déplaise à certains illusionnistes du néo-régionalisme- rattachée à la France. Il suffit de se promener place Saint-Léger pour s’en convaincre. Et en ce 9 janvier où nous autres skieurs réclamerions une ambiance plutôt scandinave pour danser la cadence 2 temps sur nos fines lattes nordiques, nous voilà transportés en Italie avec le quintet italien « pur jus » d’Enrico Rava. Adieu le jus de myrtilles, goûtons plutôt au Chianti en surfant sur l’air du temps puisqu’il est à la douceur.

Enrico Rava Quintet -  voir en grand cette image
Enrico Rava Quintet
Photo ECM records

Ne nous méprenons pas ; loin de tout folklorisme, l’élégant trompettiste à la moustache savamment négligée s’inscrit d’emblée dans une culture jazz qui ne renie aucun brassage d’influences. Aussi incisifs l’un que l’autre dans les moments forts, le trombone de Gianluigi Petrella et la trompette (exceptionnellement le bugle, malheureusement) d’Enrico Rava savent se mettre en retrait lors des chorus de piano savamment ciselés d’Andrea Pozza, se contentant avec beaucoup de réussite d’imprimer en arrière-plan une patine finement harmonisée, un peu comme le ferait une section de cuivres et de bois d’un big band. A certains moments, on se demande même si d’autres souffleurs ne sont pas cachés derrière les rideaux, tant le son d’ensemble est puissant tout en gardant une parfaite cohérence.

Porté par une solide rythmique où l’on a été particulièrement impressionné par la force tranquille et la finesse du jeu de Roberto Gatto, que Thierry Giard qualifiait à juste titre de « Daniel Humair italien », le quintet d’Enrico Rava nous convainc par l’élégance raffinée de son discours. On s’interrogera juste sur l’opportunité des vocalises de Rosario Bonaccorso lors de ses solos de contrebasse, dont on pourrait sans problème se passer (chacun ses goûts).

Enrico Rava Quintet - The words and the days -  voir en grand cette image
Enrico Rava Quintet - The words and the days
ECM records - parution février 2007

On n’attend plus que la sortie du disque de ce remarquable ensemble transalpin chez ECM (The words and the days ECM 170 977-3) pour s’assurer que notre perception d’un doux soir chambérien était la bonne. Ceci dit, à la mi-janvier et en tant que fondeur, je me tournerais volontiers vers des climats plus proches de Jan Garbarek... dans les Dolomites sur la parcours de la Marcialonga avec 5000 autres mordus la semaine prochaine. Curieusement, le parcours passe à Pozza... Les fanfares tyroliennes sont normalement à ce rendez-vous hautement festif.

Si le quintet passe près de chez vous, allez-y, vous n’allez pas le regretter. Ciao !


> Liens :

http://www.enricorava.com

http://www.ecm-records.com

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre 2017 – Pile de Disques de décembre 2017