Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2015 » Jimmy OWENS à Paris

Jimmy OWENS à Paris

Old musicians never die...

D 12 septembre 2015     H 14:00     A Philippe Paschel    


Jimmy OWENS (1943) a rarement joué à Paris : il est venu dans les années 70 dans un contexte funk et a participé au concert des 90 ans de Hal Singer au "Sunside", comme invité surprise, le 28 juillet 2012. Le public a répondu, quelques têtes chenues se souvenaient même de l’avoir entendu il y a 40 ans.

Jimmy OWENS (Paris - 2015)

La formation qui l’accompagnait, une section rythmique traditionnelle où une guitare remplacerait le piano, suivait précisément les arrangements du lideur, très directif dans leur exécution. Le répertoire était consacré à Thelonius Monk, avec quelques thèmes de Jimmy Owens.

Ont été joués en première partie : Blues for Sunside / Let’s cool one / Panonica / Martin’theme (J. O.) / Round about Midnight / Charlie Parker will be remembered (divers thèmes joués par Parker) et en deuxième partie : Sing softly (J.O.) / Straight no Chaser / Well you needn’t / Snuffin’ / Body and Soul / Brilliant Corner.

Lors du premier set, Jimmy Owens joua assez peu, laissant la vedette à l’excellent Hugo Lippi, [que l’on peut entendre dans le même genre de formation avec Fabien Mary à la trompette], qui joua avec style, goût et souigne, un virtuose sans affectation.

Bennie Maupin (Paris - 2015)

Après le premier morceau du deuxième set, Jimmy Owens nous annonça la venue d’un vieil ami qu’il n’avait pas vu depuis fort longtemps, Bennie Maupin (1946), avec lequel il joua un tonique Straight no Chaser ; un quintet que l’on aurait volontiers écouté plus longtemps. Ensuite, Jimmy Owens joua beaucoup et fort bien. Sans doute s’était-il économisé au premier set, ce qui est raisonnable à 72 ans quand on pratique un instrument éprouvant et que l’on ne chante pas. Il alterna trompette et bugle, qui passe pour plus facile. Son style est ce que l’on appelle maintenant du jazz traditionnel, post-bop et post-free, le souigne et le plaisir de la musique.

Une excellente soirée de jazz, devant un public conquis.

Sunside, rue des Lombards - 75001 Paris, le jeudi 30 juillet 2015.
Jimmy Owens : trompette à pistons, bugle à palettes / Hugo Lippi : guitare électrisée / Gilles Naturel : contrebasse / Steve McCraven : batterie / + Bennie Maupin sur Straight no chaser.

[ “Old Cadillacs never die” in Dizzy Gillespie , “Swing Low, Sweet Cadillac” in The Ebullient Mr Gillespie (NYC, 18 février 1959 / Verve)]


Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid