Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2016 » "Les cachalots" à l’Atelier du Plateau (Paris)

"Les cachalots" à l’Atelier du Plateau (Paris)

Huit pour créer in situ

D 9 avril 2016     H 15:04     A Alain Gauthier (texte)    


Ils descendent l’escalier, colonisent la « scène ». On croirait entendre Genaro intimer à son apprenti Castaneda « cherche et trouve ta place, là, quelque part ». Alors ils bougent, se reniflent, la cherchent, leur place : prés du mur ? Là à côté de lui ? Plutôt derrière celle-là ? Ah oui, au bord du public, c’est pas mal non plus.....
Et nous plongent sans délai dans le creuset humain : une se bat avec une chaise, les autres face à elle : West Side Story ?
Synchronisations, écho, parallélisme. Des alliances locales se créent, se défont. Interdépendance.

Ensemble vs éparpillés, muet vs loquace....
Pendant qu’un semblant de discours elliptique tente de... , une comédienne métacommente pour le public façon je dis ça je dis rien ....
La ligue d’improvisation, tiens, ça y fait penser.
L’espace, des corps-objets, détournement.
Comment dire de la manière la plus concise possible le maelström des pensées qui m’habitent ? Ça va trop vite dedans, ça sort haché comme une viande à pâté, un cheval-une alouette. Impermanence, aléas, ruptures, incidents, détours, rebondissements, idées avortées, stérilet.
Et puis, on participe au groupe de parole de Vol au dessus d’un nid de coucou. En mieux. Un groupe de paroles envoyées à la kalachnikov, tue-moi si tu peux, le jour des questions au gouvernement. Porté par cet élan, le groupe touche à l’acmé avant la nécessaire redescente pas forcément bad trip pour oser le silence, le wu wei qui va bien, attendre que la vie change. Paroxysme de rien.
Temps de musique, pause verbale.
On la connaît par cœur la séquence « repas dominical-gigot-flageolets-Saint-Amour-Simone engueule Gérard qui vote FN-Didier engueule Simone qui vote Mélenchon ». Algorithme hebdomadaire.
Mais ici, devant nos yeux ?
De l’inattendu, du renversé, des gamineries, des chorégraphies, un bal, des collisions. D’autres paroxysmes.
Et puis, parce que tout ça est pétri d’émotions partagées, il est question de manière récurrente et poilante d’une plage ( « on avait dit qu’on n’en parlait pas !!! »), d’un stérilet ( « il manque un stérilet, merci de le rapporter »-adresse au public ), d’un running gag « il/elle adore faire ça ».

Comment ça, c’est déjà terminé ?

Avec des musiciens : Guillaume ROY, François MERVILLE, Pierre TEREYGEOL, Leïla MARTIAL, et des comédiens : Corinne FRIMAS, Lisa PAJON, Mathieu MONTANIER, Hedi TILLETTE de CLERMONT TONNERRE.

Vendredi 1er avril 2016
Atelier du Plateau
Impasse du Plateau
Paris 19è


Dans la même rubrique

9 octobre 2017 – [retour sur] Eclats d’ARFI 2016

20 janvier 2017 – Les Pérambulations du Pérégrin - 52

29 décembre 2016 – Échos de Jazz sur la Ville 2016 (Marseille etc.)

28 décembre 2016 – Fred Hersch au Duc des Lombards

26 décembre 2016 – Pierre de Bethmann Trio + David El Malek à Caen.

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid