Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2019 » Continuum

Continuum

Un duo augmenté : Rousseau, Larché + Desandre Navarre

D 28 mai 2019     H 22:10     A Alain Gauthier (texte)    


Dans le foyer-bar du Théâtre 71, les premiers arrivants entament leur intense préparation de spectateurs grâce au traiteur aux petits soins pour eux, plat du jour, desserts gouleyants et boissons idoines, on sent qu’on est dans une année olympique.
Yves Rousseau, contrebasse et Jean-Marc Larché invitent Xavier Desandre Navarre percussions, pour leur programme Continuum.

Qui commence par une balade méditative, mélodique et mélodieuse, on se sent respirer, on prend son temps, on n’est pas à France Telecom. Cette suite ( Ambre et l’Envol ) donne le ton de la soirée : pas de contrôle parental, on peut amener des enfants, rien ne choquera leurs chastes oreilles, aucun son ne viendra les traumatiser à vie. Larché produit un son lisse, sans échardes ni barbelés, qui n’est pas sans rappeler John Surman. La basse délivre un son ( qui n’était pas emprisonné.... ) rond, plein, franc, clair. Derrière, Desandre Navarre s’insinue dans des interstices. C’est une musique de salon épatante pour un soir tranquille. Dans le morceau dédié au peintre Hundertwasser, la basse a un goût de Amir de Texier, Desandre Navarre tricote une dentelle sonore aux points discrets, élégants, sobres ; il aggrave les interstices, crée des béances spatiales. Leur musique est si bien léchée qu’on se demande s’il ne s’agit pas de musique cunnilinguale. Une suite baroque nous emmène du côté du grand Jean Sébastien et aussi des variations Goldberg. Et, chose étrange, il y a comme un fantôme de Jean-Christian Michel qui passe un bref instant. Un son du sax peut-être ? Une résonance d’un gong ? Le tout sonne classique : le phrasé, l’articulation et les attaques de Larché, le walk de la basse et ses soli si clairs et précis. Rien ne dépasse de leur musique qui ferait penser qu’un jour, la fureur du free s’est élevée hors des salons.
On les rappelle bien sûr.


Vendredi 24 mai 2019
Théâtre 71
3 Place du 11 Novembre
92240 Malakoff

Dans la même rubrique

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

1er mars – I’m Late, I’m late (Eddie Sauter)

25 février – Le Monde De William Parker en 10 Disques

22 février – L’Appeal Du Disque - Février 2021

19 février – Jim Pepper, amer indien ?

15 février – Armando Anthony Corea et Milford Graves

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FrenchQuartet 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020