« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2019 » Vincent Lê Quang en trio, à Gap.

Vincent Lê Quang en trio, à Gap.

D 11 août 2019     H 05:00     A Thierry Giard    


> vendredi 19 juillet 2019 - Chapelle des Pénitents - Gap (Hautes-Alpes)

Je n’avais jamais eu l’occasion d’écouter le saxophoniste Vincent Lê Quang en concert, musicien dont nous avons pourtant toujours vanté les qualités dans les pages de CultureJazz ! L’occasion s’est enfin présentée...

Depuis sept ans au mois de juillet, le saxophoniste Vincent Lê Quang s’installe à Gap, jolie ville au cœur d’un bassin ouvert et lumineux entouré des cîmes des Hautes-Alpes. Il n’est pas en vacances : il enseigne l’improvisation à l’Université Européenne de Saxophone qui célébrait cette année son 30è anniversaire du 15 au 26 juillet.
Dans ce contexte plutôt académique, il pourrait fait figure d’agitateur qui vient dévergonder des étudiants à la formation souvent très classique. Évidemment, Vincent Lê Quang, dont on connaît les grandes qualités de saxophoniste, démontre qu’improviser c’est sérieux et c’est tout un art (exigeant). Rappelons que c’est un pédagogue aguerri fort d’une expérience d’enseignant dans la section jazz du CNSMDP [1].

Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang -  voir en grand cette image
Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang

Pour lier théorie, pratique et écoute, l’Université de Saxophone propose un programme de concerts gratuits en soirée, le plus souvent dans la fraîcheur relative de la chapelle des Pénitents.

Le saxophoniste est un habitué des formules triangulaires. Outre son trio avec Bruno Ruder (piano) et Guido Zorn (contrebasse), il brille aux côtés de Daniel Humair et Stéphane Kerecki (Trio Modern Art), entre autres... On se souviendra aussi d’un trio sensible et poétique avec Bruno Ruder et Jeanne Added (avant sa migration vers d’autres mondes musicaux) qui s’intitulait joliment Yes Is A Pleasant Country (label Sans Bruit - 2010, ici... - et la chronique là... - OUI ! CultureJazz ).
Guido Zorn avait fait le déplacement de Florence à Gap pour l’occasion mais Bruno Ruder était remplacé par le pianiste Cyrille Lehn, brillant accompagnateur des saxophonistes de l’Université qui se montre très à l’aise dans le contexte du jazz, sachant broder sur les grilles harmoniques autant que suivre à la lettre une partition « classique ».
À partir de chansons d’amour, une série de standards hors d’âge, le trio invite l’auditeur dans un espace musical assez familier avec bienveillance et lui fait prendre les chemins de traverse parfois aventureux et escarpés du jazz inventif au fil d’improvisations subtiles et inspirées. Le pianiste entre dans le jeu très complice de Guido Zorn et Vincent Lê Quang au point qu’on croirait cette formation soudée par une longue expérience : toute la magie du jazz !
C’est Cole Porter qui fournit la grande majorité des thèmes joués ce soir-là (de I Love You à Begin The Biguine en passant par I Concentrate on You ou Anything Goes) mais on trouve aussi Duke Ellington et Billy Strayhorn avec une magnifique interprétation de Lotus Blossom, composition mystérieuse et renversante de finesse sur laquelle le trio atteint les sommets (sax soprano, piano étouffé, contrebasse à l’archet : un jeu de timbres raffiné).

Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang et Olinda Quartet -  voir en grand cette image
Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang et Olinda Quartet

À deux reprises, le trio deviendra septet avec l’invitation d’un quatuor de jeunes saxophonistes australiens, le Olinda quartet. Une première fois en milieu de concert sur la composition de Vincent Lê Quang, Brin de Bruyère (hommage à Apollinaire et Ellington), arrangée tout spécialement pour les quatre saxophones. On les retrouvera au rappel pour For All We Know (de J. Fred Cook). Une belle manière de donner du sens à l’action pédagogique menée à Gap et de constater que l’Université Européenne recrute ses stagiaires dans le Monde entier !

Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang -  voir en grand cette image
Cyrille Lehn, Guido Zorn, Vincent Lê Quang

Grâce à son sens de la communication et du partage, Vincent Lê Quang a su proposer un beau concert de musique vivante et mouvante, sans complaisance et avec conviction. Une occasion de percevoir le grand talent d’un musicien qui s’affirme comme un des plus brillants saxophonistes européens de sa génération, aérien et sensible au saxophone soprano, profond et vigoureux au saxophone ténor.
L’art et la manière, tout simplement !


www.vincentlequang.com
www.univsax.com


[1Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Paris

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

3 décembre – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre – Gourmet, un sextet venu du froid

18 novembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 50

15 novembre – l’O.N.J. à la Maison de la Radio

13 novembre – Jean-Charles Richard Trio

11 novembre – Leïla Olivesi Nonet

7 novembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 49

4 novembre – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 1