« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2019 » Le Pérégrin Pérambule Encore - 49

Le Pérégrin Pérambule Encore - 49

D 7 novembre 2019     H 05:00     A Yves Dorison    


Quarante-neuvième équipée

info document -  voir en grand cette imageVous connaissez le dicton : « Le jour des morts, ne remue pas la terre si tu ne veux sortir les ossements de tes pères. » Alors quoi ? Que fallait-il que je fisse en ce 02 novembre de l’année en cours ? Attendre le jour des vivants ou aller au Périscope écouter le quartet de Peter Bruun nommé « All too human » ? Je choisis la seconde option puisque la troisième n’existait pas. Avec le guitariste Marc Ducret, Kasper Tranberg à la trompette et au cornet à pistons, Simon Toldam planqué derrière son Moog, son Juno 60 et son (sa) Phillicoda, le batteur Peter Bruun utilisa en sus un clavier Mikrokorg. Une manière comme une autre d’aller à la pèche aux sons. Les quatre ensemble ? Ils furent tous d’accord pour faire du simple avec du complexe, du rassurant avec du fuyant, de l’organique avec des chimères et du lisible, pattes de mouche comprises mais sans rature. Avec de l’espace autour des notes et de l’air entre les phrases, la musique de Peter Bruun se déploya de mystère en évidence. Elle donna au public restreint des raisons de croire aux territoires inféodés par le rêve. Avec un naturel désarmant, elle le laissa croire à l’idée d’un possible humain inassouvissable. Avec certitude, elle lui fit don d’un flux sonore érigeant le contraste en pierre angulaire d’une destinée fugitive. Prise entre des lignes fluides et une percussivité épidermique, agitée de soubresauts, traversée d’émotions venteuses, elle approcha de ce que cache l’alchimiste jazz au fond de son creuset, le fruit défendu d’une vision participative nourrie d’intelligence et de connivence musicales, comme une clairvoyance mélodique prise dans les mailles d’un questionnement multiple. Dans ces contrées avant-gardistes, le swing ne fut qu’un fantôme. Il fut remplacé par une autre forme de chant rythmique qui prit sa source dans les ombres frémissantes qui parcouraient nos corps bassement terriens abandonnés au temps. Déconcertant quelquefois, captivant le plus souvent, et l’un n’empêcha pas l’autre, le travail architectural du quartet se situa entre équilibre classique et audace visionnaire. Ne laissant au hasard que des regrets, il alimenta nos pavillons et interrogea nos neurones avec une force d’âme inusuelle et donc précieuse jusqu’à la dernière résonance. Alea jacta est, me dis-je en accord avec mes désaccords et restant sur ma fin. La nuit était humide et ma faim de concert intacte voire renouvelée ; ou bien, pour la beauté des vers intemporels, recommencée, toujours recommencée.


Dans nos oreilles

Emily Remler - East to Wes


Devant nos yeux

Agnès Desarthe - Le roi René


http://www.periscope-lyon.com

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

9 décembre – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les...

3 décembre – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre – Gourmet, un sextet venu du froid

18 novembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 50

15 novembre – l’O.N.J. à la Maison de la Radio

13 novembre – Jean-Charles Richard Trio

11 novembre – Leïla Olivesi Nonet

7 novembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 49