Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2020 » Adrien Brandeis : Meetings

Adrien Brandeis : Meetings

D 30 novembre 2020     H 16:27     A Marc Criado    


Adrien BRANDEIS . Meetings

Jazz Family JF065 - Le Disquaire.com

Adrien Brandeis : piano
Damian Nueva : contrebasse
Arnaud Dolmen : batterie
Inor Sotolongo : percussion
+ Orlando Poleo : percussion (sur Suave)

Jeune pianiste originaire d’Annecy, Adrien Brandeis passera par Nice avant de s’installer finalement à Paris. Son horizon musical est pourtant situé plus à l’Ouest : Amérique du Nord et du Sud avec une passion toute particulière pour la musique cubaine. Son premier disque « Euforia », enregistré en 2018 alors qu’il était encore au CRR, lui ouvre les portes de nombreux festivals, dans différents pays et le fait connaître dans le cercle du piano latin-jazz. Fort de plusieurs prix internationaux, il s’embarque en septembre 2019 pour une immersion à La Havane, auprès de l’immense pianiste Ernán López-Nussa.

C’est de retour à Paris qu’il enregistre à Montreuil, ses compositions dans ce disque. Il s’entoure des cubains Damian Nueva à la contrebasse et Inor Sotolongo aux percussions et, en invité spécial, du conguero vénézuélien Orlando Poleo pour le titre « Suave ». Le batteur originaire de la Guadeloupe Arnaud Dolmen, déjà présent sur le premier album, fera partie du projet.

« Meetings » qui pourrait être un titre « bateau » pour un disque de jazz trouve ici un écho plus large. Au delà de la rencontre avec les musiciens présents, on reconnaît des pianistes qui ont influencé le jeune musicien : Michel Camilo bien sûr mais aussi Red Garland, Bill Evans ou Chick Correa avec un morceau qui lui est explicitement dédié « Chick’s Garden ». Ce disque est aussi le mélange de différents rythmes cubains (Guajira, Cha-cha…), du jazz et de la musique classique. Ce second disque se présente comme un état des lieux, un point d’étape d’une carrière. Quant au dernier titre en solo « Texture », différent du reste des compositions, il semble indiquer d’autres directions possibles.

Cela donne un album ouvert, joyeux et solaire. Adrien Brandeis possède un grand sens de la mélodie dans ses improvisations et du thème comme le démontre le morceau « Suave ». Il maîtrise le jeu d’ensemble de son quartet. Il passe de l’intime au flamboyant, en donnant parfois l’impression de résister à l’énergie du groupe pour mieux le rejoindre ensuite.

Peu de doute, ce musicien est prometteur et il fait partie de ma liste des musiciens à suivre.


www.cdzmusic.com/adrien-brandeis . www.ledisquaire.com/adrien-brandeis-meetings

Dans la même rubrique

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances