Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Billets » Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

D 4 janvier 2021     H 05:00     A Yves Dorison    


dimanche 03 janvier 2021

Afin de coller au choix fait par le gouvernement inculte en place dans ce pays qui consiste grosso modo, grâce à la pandémie, à niquer la créativité sous toutes ses formes, et notamment celle du jazz, j’ai osé regarder le concert du nouvel an à Vienne, Autriche, sur la deuxième chaîne de la télévision française. Muti le Riccardo, un peu à l’étroit dans son joli costume de chef, dirigeait donc à la baguette l’orchestre philharmonique de Vienne depuis le fameux Musikverein, lieu symbolique et kitsch aux ors d’un autre espace temps. La salle était vide. Pas une tronche de cake endimanchée à zieuter, que des fleurs et des sièges orphelins des culs compassés qui d’habitude les satisfont rituellement une fois l’an sur les airs guillerets de la famille Strauss et paillettes et compagnie. Fort heureusement les danseuses et les danseurs quasi virtuels, éparpillés ci et là, dedans et dehors, le rictus souriant bien accroché aux lippes, n’avaient pas déserté l’annuel événement. C’eut été le drame absolu. Sans robes d’apparat et entrechats, jamais ne m’en serait remis… Mais ce qui fut bizarre dès le début, c’était une sorte de modernité étrange, inhabituelle, dans les sonorités de l’ensemble. J’ai pensé, le tout petit espace d’un tout petit instant, qu’une révolution était à l’œuvre (en marche, ce n’est pas ce qu’on fait de mieux par l’étang qui coule…). Il faut dire que je regardais la télé sur mon ordinateur et que, n’ayant pas stoppé l’écoute de In a Silent way sur le site d’à côté, il advint une singulière et intempestive création musicale, une collaboration inédite à faire baver n’importe quelle maison de disque, entre Johann Strauss le père et Miles Davis. Sur le coup, j’eus l’oreille qui légèrement dévissa. Mais une fois le premier étonnement passé, ce fut comme avec les choux de Bruxelles ou le foie de génisse, je m’habituai presque. J’écoutai cette nouvelle chose hybride quelques interminables minutes avant de conclure par et pour moi-même qu’il était vital de revenir de manière silencieuse à Miles et j’envoyai valser l’autrichien qui aboie car Caravan le dépasse. Et parce que je méfie des miracles dominicaux, ils sont à n’en pas douter douteux, je choisis in fine la réalité davisienne et m’en repus coincé entre Frelon brun, Go ahead John et Right off. Au dessert je pris une dose de Zimbawe, histoire de vérifier mes capacités digestives et sortis rasséréné : même s’il était encore et toujours impossible d’aller au concert, je pouvais encore écouter de la musique live (la dernière fois, c’était le 21 août 2020). Je ne savais si l’année débutait bien mais j’eus le vague pressentiment que les grincements d’avenir allaient s’amplifier, comme une vague à la Miles du côté d’Osaka en février 1975. Aussi incongru que cela puisse paraître, j’eus le sentiment de prendre contraint et forcé moi le Don Quichotte du dimanche sans Pancho, l’ascenseur pour l’échafaud, abandonnant sur les plateaux les moulins de mon cœur. Et merde Legrand, qu’est-ce que tu fous là ?

Dans la même rubrique

19 février – Jim Pepper, amer indien ?

15 février – Armando Anthony Corea et Milford Graves

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

25 février – Le Monde De William Parker en 10 Disques

22 février – L’Appeal Du Disque - Février 2021

19 février – Jim Pepper, amer indien ?

15 février – Armando Anthony Corea et Milford Graves

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FrenchQuartet 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...