« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2008 » Giovanni MIRABASSI revient au trio.

Giovanni MIRABASSI revient au trio.

Terra furiosa

D 13 janvier 2008     H 17:06     A Jacques Chesnel    


Dix ans après l’enregistrement du disque Architectures en trio avec Daniele Mencarelli et Louis Moutin sur le label Sketch, ce disciple à la fois d’Aldo Ciccolini et d’Enrico Pieranunzi (deux maîtres incontestés) réitère avec la tripartie, formule de ses débuts et qu’il affectionne. Entre temps, après une décennie de travail et de différentes réalisations (accompagnement, solo, trio atypique piano-trompette-trombone, standards de la chanson, etc…) G.M. aura été lauréat d’un Django d’Or, d’une Victoire de la Musique et d’un prix décerné par l’Académie du Jazz.

Giovanni Mirabassi - « Terra furiosa » -  voir en grand cette image
Giovanni Mirabassi - « Terra furiosa »
Discograph - février 2008

On sait bien qu’à qualité égale, le goût détermine la préférence qui est du domaine du privé, de l’émotion ressentie, de la sensation provoquée ; tout ça pour dire qu’en ce qui me concerne c’est dans cette combinaison là que j’admire le plus Giovanni Mirabassi, et plus particulièrement dans ce disque. Cette spontanéité, cette fraîcheur parcourent toutes les plages d’une séance enregistrée en une seule journée avec la complicité d’une rythmique inédite, un contrebassiste transalpin à découvrir en France, Gianluca Renzi (un gros son à la LaFaro) et un batteur américain Leon Parker (toujours aussi avisé), entendu récemment dans le nouvel album de la chanteuse Elisabeth Kontomanou Back to my groove.

On est loin, semble-t-il, de ces séances interminables et ses maintes prises, reprises, surprises… Oui, il semble bien qu’ici la sensibilité du pianiste qu’on sait grande s’accorde parfaitement avec ses partenaires, avec ce phrasé débordant d’émotion, parfois retenu, pudique, élégant sans maniérisme, exprimant avant tout un chant ample et généreux, ces lignes mélodiques attachantes insérées dans des compositions de haut niveau d’écriture, parfois avec un groove puissant (l’ostinato de Last minutes).

Terra furiosa, peut-être… Terra d’amore, sûrement. Un disque tonique et romantique à la fois, avec pour terminer un coup de blues revigorant, emballant, jubilant, éblouissant, en un mot enthousiasmant …comme ce qui précède…


> Giovanni MIRABASSI - « Terra furiosa » - Discograph 6136542 - Distribution Discograph - Parution : 4 février 2008

Giovanni Mirabassi (piano), Gianluca Renzi (contrebasse), Leon Parker
(batterie)

Compositions de Giovanni Mirabassi (sauf 1 et 9)

1/ Alfonsina y el mar (A. Ramirez / F. Luna) 2/ # 3’04. 3/ Sienna’s song. 4/ Last minutes (intro). 5/ Last minutes. 6/ Radicaux libres. 7/ W.A.F. 8/ Amba. 9/ Worry doll. (A. Nini)
10/ We have the blues Mr. President

  • Enregistrement le 19 juin 2007 à Meudon (France)

> Liens :

Dans la même rubrique

28 décembre 2008 – BD-Bossa : soirée à Copacabana.

27 décembre 2008 – Jean-Luc FILLON : « Oborigins »

23 décembre 2008 – 1964-65 : le piano libre chez ESP

20 décembre 2008 – La vitrine de Noël 2008 : 9 disques, 9 !

18 décembre 2008 – Christophe LELOIL sextet : de l’évolution du swing.

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van

11 décembre 2017 – Diego Imbert « Tribute to Charlie Haden » à Paris

9 décembre 2017 – Pile de Disques de décembre 2017

7 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 80

5 décembre 2017 – Rouge et noix au jazz-club de Grenoble