« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » COLTRANE, COLTRANE...

COLTRANE, COLTRANE...

... A Love Supreme...

D 29 novembre 2006     H 07:50     A Michel Delorme    


Coltrane, musicien mythique par excellence. Personne ne peut jouer toute une soirée sans citer au moins une fois A LOVE SUPREME dans un chorus.

Cet amour là, c’est l’amour du Créateur. Et ce morceau, c’est le chef-d’oeuvre, non seulement de Coltrane, mais de la Musique Contemporaine, un Manifeste Universel.

John Coltrane  -  voir en grand cette image
John Coltrane
A Love Supreme

Le Jazz a connu une Révolution, disons tous les 20 ans. Louis Armstrong en 1920, Charlie Parker en 40, Miles Davis et John Coltrane en 60, dans deux directions différentes.

Et si l’on excepte les enfants de Trane et de Miles (Sanders, Shepp, Shorter, Zawinul - Weather Report - Hancock, McLaughlin - Mahavishnu, Shakti -, Williams - Lifetime ), il ne s’ est rien passé d’IMPORTANT depuis le 17 juillet 1967, date de la mort de JC à 40 ans et quelques mois.

Juste 7 ans de différence avec l’autre JC ! Initiales prédestinées pour ce Dieu de la musique « Afro Blue » américaine.

L’Afrique, justement, Africa, Dahomey dance, Liberia et une mondialisation avant l’ heure, India, Olé, Brasilia, Greensleeves.

Notre Monde et son au-delà, Cosmos, Venus, Saturn, Jupiter, Crescent...

Nul avant Coltrane n’avait atteint cette dimension spirituelle, Spiritual. Elle se trouvait dans l’homme, se retrouvait dans sa musique, les titres de ses compositions, Serenity, Compassion, Selflessness, Joy, Love, Welcome. Ses préoccupations vont vers l’essence de l’homme, Evolution, Meditations, Transition et vers le divin, Dear Lord, Psalm, Om, Song of Praise, AMEN.

John Coltrane -  voir en grand cette image
John Coltrane
My Favorite Things

Tous ceux qui ont eu la chance de le rencontrer témoigneront de cette force tranquille, de cette Aura qu’ il dégageait.Tous ceux qui ont eu le privilège de l’ entendre sur scène attesteront de cette puissance dévastatrice, Ascension, mais aussi de cette douceur tendre, Naima.
Puissance dévastatrice, chaos pour certains. Seulement en concert et en studio car, pour être le géniteur du « Free Jazz » et le chantre de l’oppression, il n’ a jamais brandi le poing.

Il a simplement composé Alabama.


Michel Delorme est membre du John Coltrane Syndicate


> Pour aller plus loin, quelques liens :

site officiel : http://www.johncoltrane.com/

discographie : http://home.att.net/ dawild/john_coltrane_discography.htm

sur Wikipedia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Coltrane

Dans la même rubrique

13 octobre 2017 – Monk à la Dynamo

29 juillet 2017 – De Terronès à Tercinet

18 juin 2017 – Hommage à Michel Delorme.

28 mai 2017 – Annuaire du jazz 2017 en Bourgogne-Franche-Comté.

17 avril 2017 – Biophilia Records : un label vraiment écologique ?

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

18 octobre – JOURNAL DE L’ÉTÉ 2019 : échos de festivals

16 octobre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 47

14 octobre – Dreaming Drums

11 octobre – L’Appeal Du Disque - Octobre 2019

2 octobre – Festival Au Sud Du Nord

29 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 46

27 septembre – Les Émouvantes 2019 à Marseille

25 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 45

23 septembre – Loïs Le Van

21 septembre – Jazzitudes en Pays d’Auge 2019

17 septembre – Yves Rousseau Septet « Fragments »- Under The Radar

16 septembre – Under The Radar, bis repetita

13 septembre – L’Appeal Du Disque - Septembre 2019