« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2011 » Samuel BLASER quartet - Boundless

Samuel BLASER quartet - Boundless

Un classique contemporain de l’improvisation.

D 17 octobre 2011     H 07:35     A Yves Dorison    


SAMUEL BLASER Quartet
Boundless
hatOLOGY 706 / distribution Harmonia Mundi

Samuel Blaser - trombone
Marc Ducret - guitare
Bänz Oester – contrebasse
Gerald Cleaver – batterie

Boundless Suite, part 1 / Boundless Suite, part 2 / Boundless Suite, part 3 / Boundless Suite, part 4

info document -  voir en grand cette image

Samuel Blaser est prolifique. Il enchaîne les disques et propose depuis peu un CD live de son quartet. Une suite en quatre mouvements constitue le témoignage enregistré d’une tournée en Suisse effectuée à l’automne 2010. Ce qui frappe dès la première écoute, c’est l’extrême densité du propos musical. L’infaillible rythmique Oester/Cleaver propulse les dialogues improvisés de Marc Ducret et Samuel Blaser dans des contrées qui ne sont pas sans évoquer les grands quartets du passé qui mêlaient l’électricité à l’acoustique (faisant de la sorte rugir les critiques tenants d’un jazz puriste). Il proposaient alors une esthétique de l’éclectisme qui fit des ravages et perdure aujourd’hui. Peu nombreux cependant sont ceux qui peuvent s’autoriser à marcher sur la trace des anciens sans se commettre dans des redites sans envergure ni saveur musicale particulière. Samuel Blaser lui le peut car ses qualités propres le classe indubitablement dans la classe des originaux créatifs. Comme il sait de plus s’entourer des meilleurs, il atteint régulièrement des lieux d’expression musicale uniquement fréquentés par les musiciens qui laissent des traces.
La confrontation avec Marc Ducret est un modèle du genre car elle s’apparente avant tout à une rencontre entre deux personnalités marquées, musicalement exigeantes, qui ne défaillent pas devant l’audace, bien au contraire. Les univers du tromboniste et du guitariste bien que stylistiquement différenciés se juxtaposent sans peine et offrent un moment musical intense, âpre, aux sonorités multiples.
Ce disque est un classique contemporain de l’improvisation qui séduit par l’éclat changeant de ses atmosphères et la liberté de ton qui les habite.


À lire aussi sur CultureJazz :
- Entretien avec Samuel Blaser (2011)
- Le disque « Consort in Motion » (2011) : chronique.


> Liens :
- www.hathut.com
- www.samuelblaser.com

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

20 octobre – ART ENSEMBLE of CHICAGO : les 50 ans à Nantes

18 octobre – JOURNAL DE L’ÉTÉ 2019 : échos de festivals

16 octobre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 47

14 octobre – Dreaming Drums

11 octobre – L’Appeal Du Disque - Octobre 2019

2 octobre – Festival Au Sud Du Nord

29 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 46

27 septembre – Les Émouvantes 2019 à Marseille

25 septembre – Le Pérégrin Pérambule Encore - 45

23 septembre – Loïs Le Van

21 septembre – Jazzitudes en Pays d’Auge 2019

17 septembre – Yves Rousseau Septet « Fragments »- Under The Radar

16 septembre – Under The Radar, bis repetita