Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2011 » Imperial Quartet à La Dynamo

Imperial Quartet à La Dynamo

Virtuosité et fragilité assumées...

D 24 décembre 2011     H 11:26     A Edouard Hubert    


  • Pantin, vendredi 9 décembre 2011

À l’occasion de la sortie de leur album À voir de près, nous avons (presque) suivi à la lettre ce conseil de l’Impérial Quartet et sommes allés voir, mais surtout écouter, cette atypique formation dans la chaleureuse proximité de La Dynamo de Pantin.

Le format quartette proposé par la formation donne à entendre une musique que l’on ne s’imaginait pas sortir d’un tel instrumentarium. En effet, même si sur la scène, le groupe se divise en deux saxophonistes, un bassiste électrique et un batteur de percussions, il en résulte avant tout une dimension éminemment orchestrale. D’abord parce que Gérald Chevillon et Damien Sabatier se partagent quasiment toute la famille des saxophones, du basse au sopranino. Ensuite parce que les multiples effets déployés sur sa basse par Joachim Florent contribuent à l’ouverture de l’univers sonore de l’ensemble. Et enfin parce que chacun des musiciens use de divers instruments soufflés ou percutés en supplément de leurs outils d’origine. Le quartet nous entraîne alors à travers différents voyages sonores – privilégiant moins les répétitions thématiques que les enchaînements d’ambiances – portés par une rythmique excellant dans les grooves ravageurs et communicatifs. Par les variations des textures d’anches et la multiplicité des modes de jeu (deux sax en bouche, effets de souffle, de bulles (!), notes suggérées, bruits, etc.) servant parfois de décorum mais le plus souvent appropriés, on assiste à la performance d’un modèle réduit du grand orchestre, dans la lignée d’Andy Emler (un peu) ou du Surnat’ (surtout). Et la dé-construction rythmique par les baguettes et les mailloches de Leymarie y est pour quelque chose, et contribue à la tournure bringuebalante, binaire et bruitiste du son de groupe de cet Imperial Quartet : un élan mêlé de virtuosité et de fragilité assumée.

Une chose est sûre, il nous presse d’écouter le premier opus discographique de cette double paire impériale, musicalement impertinente mais néanmoins impeccable.

__1__

  • Gérald Chevillon : sax soprano, ténor et basse, objets aérophoniques et percussions variées
  • Damien Sabatier : sax sopranino, alto et baryton, objets aérophoniques et percussions variées
  • Joachim Florent : basse électrique, effets
  • Antonin Leymarie : batterie, percussions

IMPERIAL QUARTET, JOURNAL INTIME et ACTUUM sont les trois formations sélectionnées par l’AFIJMA [1] pour l’année 2012. Voir le site www.afijma.asso.fr/jazzmigration

__1__

> Liens :

Et aussi, sur CultureJazz.fr :


[1Association des Festivals Innovants en Jazz et Musiques Actuelles

Dans la même rubrique

4 janvier 2012 – Pierre de Trégomain puis Prysm + Manu Codjia à Paris

29 décembre 2011 – Sébastien Texier à la Péniche L’improviste

23 décembre 2011 – Guillaume and the Electric Epic

8 décembre 2011 – Deux Soirs à Chorus

5 décembre 2011 – "Endangered Blood" au DOC

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

25 février – Le Monde De William Parker en 10 Disques

22 février – L’Appeal Du Disque - Février 2021

19 février – Jim Pepper, amer indien ?

15 février – Armando Anthony Corea et Milford Graves

22 janvier – L’Appeal Du Disque - Janvier 2021

18 janvier – FrenchQuartet 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...