Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » Martial SOLAL en piano solo : Solalissime !

Martial SOLAL en piano solo : Solalissime !

Solitude

D 3 avril 2007     H 22:14     A Jacques Chesnel    


on aime !

“Le changement dans la continuité” ou « Plus ça change, plus c’est pareil » : ces formules plus ou moins lapidaires tant de fois entendues dans différents contextes semblent bien ici s’avérer exactes. Quand on se nomme Martial Solal, qu’on est toujours jeune à près de 80 printemps, possesseur d’un passé et d’un présent prestigieux, on ne peut pas changer… et pourtant, comme c’est bien souvent le cas chez ce grand créateur qui aime alterner autant les formes que les combinaisons sonores (du solo absolu au big band), il y a dans cet album quelque chose de nouveau… une fois de plus.

Martial Solal - "Solitude"
CAM Jazz - 2007 - distribution Harmonia Mundi

Au risque de se répéter, M.S. échappe à toute classification réductrice ; deux caractéristiques semblent le mieux le définir : rigueur et humour dans un discours construit par un architecte épris des plus folles libertés. Le toucher est toujours aussi superbe, la vélocité inégalable, inégalée (Our love is here to stay), les harmonies raffinées dans ces standards qu’il réinvente sans cesse, dont il (se) joue avec délectation (à l’endroit de l’envers et vice-versa, On a clear day), la fulgurance inattendue de certains traits, les trouvailles rythmiques toujours renouvelées…bref tout ce qui constitue son style reconnaissable immédiatement dès les premières mesures est là, bien là.

La petite différence vient alors de la résonance de certaines notes (l’intro du premier Darn that dream), de l’importance qu’il accorde à d’autres, d’une nouvelle respiration, aération (Médium), une sorte d’attention portée aux défis qu’il provoque à lui-même (Bluesine)… les exemples étant trop nombreux pour une énumération fastidieuse.

Lu quelque part : du grand Solal. Certes. Curieuse affirmation cependant, comme si quelquefois il y avait eu du petit Solal.

Solalissime, tout simplement.


> solitude - CAMJAZZ CAMJ 7794-2 - distribution Harmonia Mundi

Piano solo, enregistré en avril 2005

1/ Darn that dream. 2/ Caravan. 3/ Our love is here to stay. 4/ Chi va piano…
5/ Medium. 6/ Bluesine. 7/ On a clear day. 8/ in my solitude. 9/ Darn that dream alternate


> Lien :

- La page de ce disque sur le site de CAM Jazz (écoute possible) : http://www.camoriginalsoundtracks.com/

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid