Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2007 » Jean-Pierre LLABADOR, maître de la six-cordes.

Jean-Pierre LLABADOR, maître de la six-cordes.

Give me five

D 26 avril 2007     H 19:02     A Jacques Chesnel    


A talent égal, certains musiciens sont plutôt tapageurs, d’autres préférablement discrets… Certains recherchent les coups autant musicaux que médiatiques, d’autres vont leur petit bonhomme de chemin. Jean-Pierre LLabador fait partie de ceux qui ne se poussent pas du col ; conséquence, cette attitude respectable ne le propulse pas assez souvent sur le devant de la scène et on ne peut que le regretter.

Il était venu au Café des Images à Hérouville-Saint-Clair au cours des années 80 et je l’avais revu et entendu au Festival de Jazz au Fort Napoléon à la Seyne-sur-mer… J’avais alors découvert un guitariste déjà maître de la six-cordes, doté d’une sonorité voluptueuse, à l’esthétique raffinée dans écriture et arrangements.

Jean-Pierre Llabador - "Give me five"
MGI records - 2007

Dix albums plus tard, après un fracassant El Bobo, je le redécouvre avec plaisir et intérêt dans ce nouvel opus. Pas question pour lui de succomber aux charmes vénéneux des effets gratuits et autres distorsions en tous genres, à la mode (qui se démode, n’est-ce pas Jean Cocteau) un rien tapageuse pratiquée par quelques trublions d’un jour ; il demeure sciemment dans la lignée d’augustes figures tutélaires que sont surtout Kenny Burrell, Joe Diorio, Grant Green, Jim Hall et Wes Montgomery tout en se distinguant d’eux par des conceptions orchestrales originales plus actuelles. Il est ici en compagnie d’un tromboniste à la sonorité savoureuse, Francesco Castellani (les thèmes exposés à l’unisson guitare-trombone, belle surprise) d’un Olivier Hutman qu’on aimerait entendre plus souvent (ce délicat duo avec J-P L dans Blue Marbles) ; à distinguer le côté joliment bluesy de Feelin good et pour New Games l’adjonction efficace des percussions de Joël Allouche et du vibraphone de Michel Munoz. On ne peut que saluer cette rythmique impeccable que forment Louis Petrucciani et Bruno Ziarelli.

Un vrai moment de musique attachante, foisonnante… épatante, du début à la conclusion.


> Give me five - MGI Records - MGR1022

- Jean-Pierre LLABADOR (guitare)
- Francesco CASTELLANI (trombone)
- Olivier HUTMAN (piano)
- Louis PETRUCCIANI (contrebasse)
- Bruno ZIARELLI (batterie)
- Invités sur 11 : Michel MUNOZ (vibraphone), Joël ALLOUCHE (percussions)

1/ Sunny side up. 2/ Five pm. 3/ Roses in Rhodes. 4/ Down the road.
5/ Annie’s birthday. 6/ The body of your mind. 7/ Blue marbles. 8/ Today
9/ Chapître 3. 10/ A lovely summer. 11/ New games. 12/ Feel good.
13/ Castelpers.

Enregistrement en avril 2006


> Lien :

- www.llabador.com

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

18 janvier – FRENCHQUARTER 2021

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances