Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2020 » Le Pérégrin Pérambule Encore - 59

Le Pérégrin Pérambule Encore - 59

D 16 février 2020     H 05:00     A Yves Dorison    


Cinquante-neuvième équipée

De retour sous l’opéra de Lyon, donc à l’Opéra Underground parce que Sarah Murcia et ses acolytes étaient là pour évoquer les Sex Pistols (ce qui ne me rajeunit pas) ; et cette évocation prit la forme d’une relecture/réécriture savamment orchestrée. De fait, j’eus le sentiment que le groupe joua toute la soirée au chat et à la souris avec la musique du combo londonien, la prenant ici par bribe et la délaissant pour mieux la reprendre là, par bribes encore, bien évidemment. Si l’alliage entre les deux univers n’est pas à mettre en cause, il induisit néanmoins chez ma fille et moi une frustration qui ne cessa d’augmenter jusqu’au terme du concert. Nous voulions du feu, nous n’eûmes que des flammèches éparses, et cette impression de pétard qui n’explose qu’à moitié fut rude à supporter. Nous aurions voulu plus de folie, plus d’irrespect : de la punkitude revue et corrigée, pas édulcorée quoi. Avec des musiciens tels ceux présents sur scène (Olivier Py, Franck Vaillant, Gilles Coronado et Benoît Delbecq), tout était possible. Mais les possibles approchés nous parurent trop sages pour être odieux. L’ajout du chanteur Mark Tompkins (et de son pupitre) ne fut pas décisif. Trop pondéré, pas assez déraisonnable pour nous : même ses « fuck  » n’avait rien de rageur. Aussi, l’excentricité que ce grand échalas dégingandé glissa discrètement dans sa danse décalée (une sorte de tai-chi improbable) nous fit sourire plus que nécessaire. Il est clair aujourd’hui que je fus à côté de la plaque, que j’étais venu chercher des réminiscences plus franches, sans correspondance avec la proposition musicale présentée sur scène. J’eus en lieu et place un indiscutable travail d’orfèvre dont la nature même est inattaquable et qui, pour l’avoir réécouté depuis à la maison, tient parfaitement la route. Bon, personne ne gagne à tout coup. Prenez Marie Stuart dont je parlais dans la précédente équipée. Le 08 février 1587, elle fut exécutée. Seulement voilà, rien ne fonctionna comme prévu. Le bourreau était bourré (historique) et il se reprit à trois fois avant de réussir à décapiter cette reine écossaise au destin romanesque. Ce n’était pas son jour, comme le 08 février 2020 ne fut pas le nôtre, pour ma fille et moi. Mais de retour à la bergerie, après vérification, moi, j’avais toujours ma tête, alouette. Alors à quoi bon se plaindre de l’inadéquation de nos rêveries et de notre réalité. Pfff... Toujours des questions…


Dans nos oreilles

Pat Metheny - 80 / 81


Devant nos yeux
Hubert Mingarelli - Un repas en hiver


https://www.opera-lyon.com/fr/programmation/opera-underground

Dans la même rubrique

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

2 octobre 2020 – WEEK-END SOUS LES POMMIERS, Coutances (#1]

2 octobre 2020 – WEEK-END SOUS LES POMMIERS, Coutances (#2]

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

17 janvier – Pour Saluer Franco

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020