Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2021 » I’m Late, I’m late (Eddie Sauter)

I’m Late, I’m late (Eddie Sauter)

D 1er mars 2021     H 05:00     A Philippe Paschel    


I’M LATE, I’M LATE (Eddie Sauter)

L’asthénie dans laquelle m’a plongé le covid -que j’ai d’ailleurs attrapée sans grand dommage- m’a fait prendre du retard dans l’audition et les comptes-rendus de disque réels reçus. Dont acte.


KRONONAUT

Tak:til

Martin France : batterie
Leo Abrahams : guitare
Tim Harries ou Shahzad Ismaily : basse
Arve Hendricksen : trompette
Matana Roberts : saxophone

Au premier plan, un percussionniste crée des ambiances par des rythmes irréguliers, dans lesquels s’installent les musiciens soutenus par l’électronique. La musique est souvent indécise dans son développement et son but, jamais agressive, même dans les moments de paroxysme. Le disque débute par une flûte orientalisante -comme aucun musicien n’est crédité pour cet instrument, il s’agit peut-être d’électronique-, mais cela ne dure pas, la musique devient plus jazzeuse, dans un genre free. Un bon disque, au fond.

https://kr0n0naut.bandcamp.com/album/krononaut


RP QUARTET - Poney Jungle

Frémeaux

Bastien Ribot : violon
Edouard Penner : guitare
Rémi Oswald : guitare rythmique
Damien Varaillon : contrebasse

Meudon, février-avril 2009, 48 mn

Dans les années, les musiciens de l’Anachronic Jazz Band avaient eu l’idée de jouer à la mode Nouvelle Orléans des thèmes be-bop, un prêté pour un rendu en quelque sorte. Les musiciens du RP quartet passent à la moulinette du jazz manouche des thèmes modernes. Un tchac-tchac plus ou moins fort justifiant l’appellation. Il y a un public pour cette musique, il en sera satisfait, tous les critères sont respectés, rythme donc fortement marqué, envolée de guitare ; le violoniste joue différemment, peu rhapsode, il évoque un peu le Ponty des années 60.


CHARLES TOLLIVER- Connect

Comme ce disque a été déjà chroniqué [https://www.culturejazz.fr/spip.php?article3595], je n’ajouterai que quelques remarques.
L’enregistrement est mauvais, on entend trop le médiocre batteur-bûcheron, la contrebasse est réduite à un grommellement indistinct. La musique manque d’énergie et Tolliver a un son coincé. Il m’avait paru peu en forme la dernière fois qu’il était venu à Banlieues Bleues [https://www.culturejazz.fr/spip.php?article2443]

.


MANU DIBANGO - Négropolitaines

Frémeaux

Liste des musiciens sur la pochette, Paris, 1989 et 1992, 71 mn

On sait que ce musicien a été une des premières victimes du covid et ce disque en forme d’anthologie est un ultime hommage rendu par Patrick Frémeaux qui a écrit un texte émouvant. Il s’agit en fait de deux disques, “Negropolitaine 1" (1989) et “Negropolitaine 2" (1992) dont les plages sont mélangées. C’est une musique facile à écouter, répétitive, mais qui ne lasse pas. Ceci n’a que peu à voir avec le jazz. C’est plaisant, sans heurt, sans déraillement, sur un rythme paisible. les amateurs se réjouirons de pouvoir retrouver ces deux disques en CD.


PULL BY MAGNETS- Rose Golden Doorways

Tak:til

Sebastian Rochford : batterie, électronique
Pete Wareham : saxophone, électronique
Neil Charles : basse électrique, électronique

Les mentions de la pochette promotionnelle sont à peine lisibles. Qu’en sera-t-il du disque ? Cela commence par un bruit d’appareil qui sature, puis le batteur joue au premier plan et le saxo au loin ; parfois retour au bruit saturé. Une musique qui ne va nulle part et ne semble pas savoir quoi faire. Ce n’est même pas planant, mais indistinct.

https://pulledbymagnets.bandcamp.com/album/rose-golden-doorways

Ph. Paschel