Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Artisans, lieux & labels du jazz » Le Baiser Salé – Paris : boutique d’épices à l’étage.

Le Baiser Salé – Paris : boutique d’épices à l’étage.

D 15 septembre 2007     H 21:44     A Christian Ducasse    


Les clubs parisiens restent réputés pour leurs caves enfumées : cliché de tradition aussi vintage qu’une photographie en noir et blanc. Signature en forme de décalage au Baiser Salé ça se passe au 1er étage et en couleur.

Le rez-de-chaussée accueille un bar doublement allongé et une terrasse praticable en toute saison, endroits les plus conviviaux du quartier, ils ferment souvent à l’aube. Les musiciens s’y attardent ou convergent immanquablement, certains de la qualité de l’accueil et de riches rencontres.

Maria RODRIGUEZ, la patronne chez elle en décembre 2005 photo Christian Ducasse
...chez elle en décembre 2005 - photo © Christian Ducasse

Musique live vers 22 H aux rythmes épicés dominants, africains ou antillais. Longtemps un piano faisait défaut au Baiser Salé mais ce n’est plus le cas. L’an passé un duo tout à fait inédit a réuni deux maîtres de la Caraïbe : Mario Canonge et Alain Jean-Marie. Le chaland se doit d’être à l’affût des bons plans proposés par Maria Rodriguez, une femme d’action qui ne connaît pas le renoncement et cultive l’amitié réciproque des artistes qu’elle accueille depuis 1983. Maria prétend ne pas avoir atteint l’âge de raison. Pas de stratégie chez cette femme de coeur à la douce autorité. Sylvain Luc est chez lui au Baiser Salé, Christian Escoudé peut débarquer en famille pour une séance photo.

Alain JEAN-MARIE et Mario CANONGE en 2006
photo © Christian Ducasse

Ce mois-ci jazz et rugby sur grand écran cohabitent. Notons quelques rendez-vous prometteurs avec le saxophoniste Richard Raux le 20, puis pour deux soirées 21 - 22 septembre, le quartet haut de gamme d’un autre saxophoniste Simon Spang-Hanssen incluant Michel Zennino (contrebasse), Tony Rabeson ( batterie) et leur invité spécial "super Mario" Canonge.

Les nouveaux compagnons de Julien Lourau, les cubains de Paris
"Rumbabierta" sont à l’affiche tous les dimanches à 18 H.
Une manière d’entrée en matière du Baiser Salé sera sans doute une visite à la jam session du lundi, animée de mains de maître par le percussionniste François Constantin. Entrée libre et scène ouverte ce soir-là, les plus audacieux oseront monter sur le podium magnifiquement éclairé.

Le Baiser Salé, 58 rue des Lombards 75001 Paris
tel 01 42 33 37 71

> Lien :

Portfolio

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

11 janvier – Miles Johnson & Jack Davis

4 janvier – Pérambulation virtuelle et nouvelannesque

19 décembre 2020 – R.I.P Jazz Fola

15 décembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2020

11 décembre 2020 – L’helvète arlésienne et le chien à trois pattes

8 décembre 2020 – Pierre Millet, compositeur-trompettiste...

4 décembre 2020 – Le vecteur Jazz et ses pérambulations

30 novembre 2020 – Adrien Brandeis : Meetings

14 novembre 2020 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2020

11 novembre 2020 – BILLIE & ELEANORA Un film, un disque...

6 novembre 2020 – L’Amérique qui avance malgré tout...

5 novembre 2020 – Le Pérégrin Tourne En Rond Autour Du Jazz

30 octobre 2020 – PAN d’automne

25 octobre 2020 – Anne Ducros au Bal Blomet

21 octobre 2020 – Un Poco Loco : drôles d’oiseaux à Coutances

15 octobre 2020 – L’Appeal Du Disque - Octobre 2020

8 octobre 2020 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 74