« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2013 » Hélène LABARRIÈRE : « Désordre »

Hélène LABARRIÈRE : « Désordre »

D 4 janvier 2013     H 04:49     A Pierre Gros    


En premier lieu il faut dire que cette femme, cette musicienne a un son.
Un son forgé par l’expérience in situ qui a débutée dans des petits cafés puis au Petit Opportun à croiser des musiciens (premier enregistrement avec Lee Konitz, excusez du peu), à jouer des standards, bref à faire le métier avant de bifurquer vers des expériences multiples et autres.

Hélène LABARRIÈRE – François CORNELOUP – Hasse POULSEN – Christophe MARGUET : « Désordre » -  voir en grand cette image
Hélène LABARRIÈRE – François CORNELOUP – Hasse POULSEN – Christophe MARGUET : « Désordre »
Innacor / L’Autre Distribution


Un son qui se projette vers un futur, une excellence, un éclectisme, pas celui qui lorgne dans le rétroviseur vers un passé mythique qui n’a plus cours aujourd’hui (en un mot pas de cordes en boyau, pas de mains comme des battoirs à suer et souffrir inutilement).
Un son de contrebasse direct, franc, plein de vigueur et d’énergie.

La réussite de cet album est donc d’abord celle d’Hélène Labarrière, dont il faut souligner les qualités de meneuse, la propension à faire partager une esthétique et un enthousiasme à ses compagnons.
Et ils répondent présent, le saxophone baryton incisif vindicatif de François Corneloup, la guitare audacieuse provocante de Hasse Poulsen et la batterie énorme de Christophe Marguet qui s’affirme dans une actualité foisonnante comme le percussionniste incontournable du moment, du futur.

Si cette musique faite de riffs, d’ostinatos, de modalité, de mélanges, de surprises et d’humour n’exprime en soi aucune opinion on peut dire qu’elle dit l’indicible, le fond de l’âme et l’on ne reprend pas de manière innocente La Chanson De Craonne. On ne joue pas non plus aux chats et à la souris comme dans Voleur pour rien (beau solo énergique de la contrebassiste) et l’on reconnaît comme marque de fabrique dans Montreuil Mali l’esprit d’Hélène Labarrière.

Paraît-il que l’Univers, notre Monde est né du chaos du désordre, alors cette musique ne demande qu’à s’épanouir, exploser, s’exposer.


> Hélène LABARRIÈRE « Désordre » - Innacor INNA11307 / L’Autre Distribution

Hélène Labarrière : contrebasse, compositions sauf 4 / François Corneloup : saxophone baryton / Hasse Poulsen : guitare / Christophe Marguet : batterie, percussions

01. Le pouvoir de Loch’ha / 02. Désordre / 03. In My Room / 04. La chanson de Craonne (Adelmar Sablon, Anonyme) / 05. Voleur / 06. 10’ / 07. Montreuil Mali

Enregistré à La Grande Boutique - Langonnet (France)

> Liens :

À lire aussi sur CultureJazz.fr :

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

23 janvier – MIKMÂÄK a 20 ans

21 janvier – Marseille en novembre...

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van