« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » les 7 Lézards / Jean-Luc Fillon trio

les 7 Lézards / Jean-Luc Fillon trio

D 3 avril 2007     H 21:47     A Christian Ducasse    


A l’écart des pôles de divertissement de la capitale, existe au cœur du Marais un des plus beaux clubs parisiens cultivant une image aussi forte que sa programmation.
Comment ne pas s’étonner du peu de notoriété des 7 Lézards, le sympathique club - salon de thé - restaurant animé par Caroline Volcovici ?

Michaël Rabinowitz et Jean-Luc Fillon aux 7 Lézards -  voir en grand cette image
Michaël Rabinowitz et Jean-Luc Fillon aux 7 Lézards
photo © Christian Ducasse

Officiant sur le podium ce mardi 6 mars 2007, trois fortes personnalités : un pianiste portugais, un bassoniste américain et un hautboïste français. João Paolo da Silva, Michaël Rabinowitz se trouvent réunis par un grand original n’ayant pas son pareil pour proposer des formules inédites. Jean-Luc Fillon est un cas pour certains critiques en mal de balises. Son instrument de prédilection quand il en joue pourrait défigurer Johnny Depp lui-même : le cor anglais swingue pourtant juste avec Fillon qui enchaîne ce soir ses compositions jointes à celles d’ Ellington ou Bill Evans. Le trio s’en donne à cœur joie propulsé par la main gauche de João Paolo, un sacré coloriste. Début français de Michaël Rabinowitz, dont le basson est souvent classé outre atlantique dans la catégorie à jamais mystérieuse : « miscellaneous ». Qu’importe, les trois compères dont c’est la première font la joie d’un maigre public. En jazz c’est hélas une règle durable ; la grandeur des artistes n’a d’égale que la confidentialité de leur audience en club.

Les 7 Lézards ne calculent rien. Ni de stratégie marketing ni de communication. Encore moins de soirée « Sortie de disque ». Ici la musique elle seule avec ses artistes fait l’affiche ; le saxophoniste Steve Potts y est chez lui depuis toujours.
Sa signature permanente : donner à voir aux spectateurs qui se dirigent vers le club, un tableau du peintre considérable Jean-Paul Huftier.

Chaque semaine on pourra venir les yeux fermés rue des Rosiers écouter les plus intenses talents que comptent la scène parisienne, hors de toute compétition mais le souci en plus de musiques inattendues.

10 rue des Rosiers

Paris 4 ème ar.

tel/fax 01 48 87 08 97

Ce mois-ci (avril 2007. NDLR) : trois concerts de Rick Margitza, les pianistes Franck Amsallem, Noah Rosen, Olivier Hutman ...

En mars c’étaient les saxophonistes Ricky Ford, Alexandra Grimal, Amy Gamlen , les pianistes Bobby Few, Zool Fleischer, Leila Olivesi ou Quentin Sirjacq.

Dans la même rubrique

13 octobre 2017 – Monk à la Dynamo

29 juillet 2017 – De Terronès à Tercinet

18 juin 2017 – Hommage à Michel Delorme.

28 mai 2017 – Annuaire du jazz 2017 en Bourgogne-Franche-Comté.

17 avril 2017 – Biophilia Records : un label vraiment écologique ?

Rechercher

Partager, commenter et plus...

Page Google+ CultureJazz Page Facebook CultureJazz twitter RSS 2.0

Articles les plus récents

23 janvier – MIKMÂÄK a 20 ans

21 janvier – Marseille en novembre...

18 janvier – Pile de Disques de janvier 2018

17 janvier – Les Pérambulations Du Pérégrin - 82

15 janvier – Cinq disques en vitrine - janvier 2018

12 janvier – [revue] 2017, année centenaire et bicentenaire

7 janvier – L’Écho des Lunes - janvier 2018

3 janvier – WEST, à Paris

27 décembre 2017 – Au commencement, la trompette ...

22 décembre 2017 – Les Pérambulations Du Pérégrin - 81

20 décembre 2017 – PAN ! : L’hiver (à Caen)

18 décembre 2017 – ANIMAL... à Paris

16 décembre 2017 – Six disques en vitrine - décembre 2017 #2.

14 décembre 2017 – Lettre ouverte

13 décembre 2017 – Quatre garçons dont Le Van