« Le jazz tisse sa toile... »
Vous êtes ici : Accueil » Sur scène » Sur scène en 2018 » Émouvantes musiques à Marseille

Émouvantes musiques à Marseille

Un festival peu conventionnel

D 13 octobre 2018     H 12:00     A Dominique Giard    


(26 au 29 septembre 2018)

Claude Tchamitchian -  voir en grand cette image
Claude Tchamitchian

L’innovation et la liberté de ton ne font pas recette et c’est bien dommage ! Saluons d’emblée, pour ôter toute ambiguïté au titre de cet article, le courage et l’abnégation de Claude Tchamitchian et de son équipe, qui ont porté avec conviction cette 6ème édition des Émouvantes au théâtre des Bernardines, un festival qu’il serait réducteur de qualifier « de jazz ». Ouverture, créativité, convivialité : au moins, ceux qui étaient là n’ont pas regretté leur venue en ce lieu accueillant, patrimonial et à l’acoustique impeccable. Et à deux pas du conservatoire à rayonnement régional pour des master classes apparemment réussies, d’après les échos.

Mouvants et émouvants, le mouvement et l’émotion caractérisent la musique créative, tantôt écrite dans sa rigueur formelle et sa beauté, tantôt improvisée dans la liberté de ton offerte aux musiciens, toujours surprenante pour l’auditeur-spectateur qui s’est lui-même mis en mouvement en mobilisant sa capacité d’émotion pour un soir ou plusieurs. Tout ceci caractérise assez bien l’idée directrice de ce festival étalé sur quatre soirs comportant chacun deux concerts, dont deux et demi sont restitués ici.

Je ne pourrai rien vous dire du premier soir, n’ayant pas pu y assister ! Si ce n’est que Dominique Pifarély n’a pas fait le voyage pour rien, vu qu’il s’est également produit le second soir. Alors parlons-en.

> Jeudi 27 septembre 2018

The Henze Workshop invite Charlotte Testud

Stéphane Payen (saxophone alto, arrangements), Olivier Laisney (trompette), Guillaume Ruelland (basse électrique), Vincent Sauve (batterie), Charlotte Testud (contrebasse)

Stéphane Payen -  voir en grand cette image
Stéphane Payen

Un matériau savant (de Marseille) habilement approprié : les Sérénades du compositeur allemand Werner Henze. Une musique exigeante mais savoureuse, ponctuée de surprises comme un chemin tortueux dans la nature qui dévoile des paysages étonnants au fil des détours, de vallons ombragés et doux en crêtes rocheuses déchiquetées, un peu comme dans les Calanques toutes proches. La contrebasse est pour une fois l’instrument vedette : bourdonnements, fulgurances, ça claque et ça fuse mais l’abstraction du matériau ne nous perd pas en route. Le mouvement est incertain mais totalement assuré et au final tout à fait rafraîchissant en cette belle fin d’été.

.

Andy Emler « The Emovin’ Ensemble » : une création

Matthieu Metzger (saxophones), Dominique Pifarély (violon), Andy Emler (piano, composition), Sylvain Daniel (basse électrique), Eric Echampard (batterie)

Andy Emler -  voir en grand cette image
Andy Emler

Une création issue d’une commande entre musiciens, c’est rare. Comme Andy aime l’air, et comme Marseille ne manque pas d’air en général, ça tombe bien. Déclinaison habile et inspirée du thème générique de l’émotion et du mouvement, cette suite écrite pour la circonstance nous a transportés dans une alternance enthousiasmante de moments d’énergie, de rêverie et d’envoûtement, comme autant de mouvements d’un concerto classique, sans sa rigueur formelle (voire fort molle) et « à ce cyprès » (ben oui, en Provence...) que les solistes sont ici les cinq membres du quintet, sans hégémonie aucune d’un chef-compositeur bienveillant et pédagogue. Des titres de mouvements qui collent parfaitement à la musique et aux messages qu’elle entend véhiculer : The Search (La « Cherchitude »), The First Window, Frozen Particles, Les Nanocrobes, Together We Shall (clin d’œil à la cité phocéenne cosmopolite vers un avenir meilleur dans la diversité ?), Final Step. Une histoire en perpétuel mouvement et une maîtrise parfaite du groupe (« Ils moulinent ensemble » a dit le commanditaire Claude Tchamitchian). Parfaite association des sonorités ; le violon se fond admirablement dans le piano et les saxophones, chacun a de l’espace pour s’exprimer. Beaucoup d’humanité dans les commentaires et explications, concis et convaincants. On en redemande, à quand un disque avec ce programme ? Une délectable « free-Andy’s » !

> Vendredi 28 septembre

« Dans la forêt » - Joce Mienniel solo

Joce Mienniel (flûtes), images projetées de Romain Al’l

Joce Mienniel -  voir en grand cette image
Joce Mienniel

Basé sur l’usage des loops en direct sur des images esthétiques et suggestives de forêt et de milieu urbain (les tubes répondent aux troncs), le spectacle concocté par Joce Mienniel nous transporte dans un univers hypnoptique et percussif, un imaginaire fantastique où un Ent de Tolkien ne déparerait pas. Être sans chaînes sur fond de hêtres et de chênes, c’est du boulot (et du bouleau). Les loops de flûte captés et répétés sur le vif font des boucles d’or, des pièges à sons sur fond de pièges à carbone. Des images de rameaux nous rappellent que Rameau (Jean-Philippe) était dans son temps reconnaissable entre mille par l’usage qu’il faisait des flûtes, c’est très curieux. Et puis c’est vrai que la flûte est un bois, alors la forêt s’impose comme décor à une musique « futaie » qui nous fait parfois voyager vers le gamelan indonésien ou des airs médiévaux. Suggestif et revigorant.

Tomassenko Trio - « Daisy Tambour »

Olivier Thomas (chant, récit), Catherine Delaunay (clarinette), Laurent Rousseau (guitares)

Catherine Delaunay -  voir en grand cette image
Catherine Delaunay

Un moment de théâtre musical étonnant, une réflexion foutraque et déjantée sur le moi et le nous, sous un air ultra sérieux dans l’ultra absurde. Allitérations, renversement des logiques, mais Olivier Thomas reste de marbre en toute circonstance alors qu’il nous embarque dans le rire ; quant à Laurent Rousseau, il assure parfaitement le rôle du grand ténébreux, terriblement énigmatique jusque dans la pseudo-électrification d’une mini-guitare. Catherine Delaunay nous révèle des usages insoupçonnés de la clarinette. On pourrait penser à l’univers de Jeunet et Caro, un peu suranné, comme une BD jouée sur scène avec d’authentiques musiciens qui n’en sont pas moins acteurs et poètes. Décapant.

.

> Samedi 29 septembre

Régis Huby – Music for large ensemble - « The Ellipse »

Régis Huby (composition, violon), Guillaume Roy (alto), Atsushi Sakai (violoncelle), Marc Ducret (guitare électrique), Pierrick Hardy (guitare acoustique), Joce Mienniel (flûtes), Jean-Marc Larché (saxophone soprano), Catherine Delaunay (clarinettes), Pierre-François Roussillon (clarinette basse), Matthias Mahler (trombone), Illya Amar (vibraphone, marimba), Bruno Angelini (piano), Claude Tchamitchian, Guillaume Séguron (contrebasse), Michele Rabbia (percussions)

Le bateaux prennent le large avec leurs hélices depuis le Vieux Port, et ici la musique prend le large dans sa dimension et son ambition, avec l’Ellipse habilement concoctée par Régis Huby. Les cordes sont largement représentées dans ce « large ensemble » qu’il serait sans doute réducteur de qualifier de big band. L’organisateur est sur scène et nous témoigne du bonheur de dialoguer avec un autre contrebassiste, situation rare dans le « jazz ». La large place réservée aux claviers bien frappés ajoute au son unique de cet orchestre qui nous transporte dans des univers tout en contrastes. Le compositeur-leader se défend d’avoir voulu ressusciter le Bekummernis de Luc Le Masne auquel nous pensions en première approche. Tensions et relâchements, atmosphères chambristes, déferlement de sons d’ensemble particulièrement sophistiqués. L’impression d’un cycle de motifs qui s’imbriquent et se répondent confirme l’opportunité du titre, d’ailleurs la disposition des musiciens sur scène évoque aussi l’ellipse. Le style est brillant, réserve des moments grandioses qu’on aurait envie de réécouter en disque. Cyclique et si « claquant » !
Absolument remarquable, chatoyant, émouvant pour revenir au titre du festival qui nous aura au final réservé de bien belles découvertes et un voyage initiatique dans les sons, les images et les mots. On attendrait juste un peu plus d’audace de la part d’un public marseillais qui s’est montré clairsemé, quoique cela n’enlève rien à l’intérêt du programme proposé et magnifiquement réalisé.

JPEG - 67.7 ko

À l’exception de celle de The Ellipse / Régis Huby, les photos sont de Florence Ducommun (Delaunay, Tchamitchian, Emler, Mienniel) et de Yves Dorison (Payen) - fonds d’images de CultureJazz.fr.