Vous êtes ici : Accueil » Jazz en action » Samois sur Seine / North Sea Jazz de Rotterdam / Paris rive (...)

Samois sur Seine / North Sea Jazz de Rotterdam / Paris rive droite.

D 13 octobre 2007     H 12:26     A Christian Ducasse    


Au fil de l’eau de Samois sur Seine à Rotterdam pour le North Sea Jazz, la liberté des festivaliers reste immense, à nulle autre pareille.

Le long des berges de l’île du berceau, d’imposantes péniches manoeuvrent le 28 juin, se calent petit à petit dans l’axe du vaste podium afin d’être vraiment aux premières loges. Cette tolérance paraît extravagante tant les droits du public semblent ailleurs molestés.

Charles Tolliver
... au North Sea Jazz Festival 2007 - photo © Christian Ducasse

Au pied de la scène tandis que le culte de Django et Babik sera célébré, une foule chamarrée s’affaire ou circule sans contrainte. Ce sera elle qui décidera si la performance de Goran Bregovic s’entendra assise ou debout. Non loin les musiciens papillonnent et jamais la pression des shows à venir n’est palpable. Florin Niculescu sera ainsi une belle lumière ; son violon chante au dessus de la Seine.

::::::::: :

Laurent Blondiau et Sébastien Boisseau : "Maak’s Spirit"
...au North Sea Jazz Festival 2007 - photo © Christian Ducasse

Le North Sea Jazz conserve la palme de l’incroyable, une entreprise dont l’objectif est de faire fructifier le bonheur de ses clients. Les plus chouchoutés furent cette année un millier de privilégiés transbordés de Copenhague à Rotterdam via les ports nordiques, sur un immense paquebot bercé au son de l’élite disponible cet été en Europe. Chaque soir, Herbie Hancock, Mc Coy Tyner, David Sanborn, Marcus Miller, Franck Morgan, … distillaient leur art dans ce club flottant. Les musiciens présents témoignèrent d’un émerveillement égal à celui de leur auditoire. Moncef Genoud n’en revient pas. Ce pianiste merveilleux ne sachant toujours pas s’il était acteur ou témoin de cette croisière conclue par trois jours de festivités dans l’enceinte du Ahoy de Rotterdam.
Neurasthéniques s’abstenir au North Sea Jazz festival.

Ornette Coleman
au North Sea Jazz Festival 2007 photo © Christian Ducasse

Fil rouge de l’édition 2007, les trompettistes y tenaient symposium. Par ordre d’apparition Terence Blanchard ouvrit le ban pléthoriquement entouré du Métropole Orchestra dirigé par Vince Mendoza.

Quelques invités vinrent pousser une chanson : Patti Austin, Bilal et Jammie Cullum.
Ensuite Charles Tolliver , Randy Brecker, Tomasz Stanko, Brian Lynch, Nils Petter Molvær, Enrico Rava, Patches Stewart occupèrent les douze enceintes dédiées à la performance. « Artist in residence », Wynton Marsalis sera actif trois jours de rang. Défilèrent encore : Roy Hargrove, Till Brönner, Ryan Kysor, Marcus Printup, Michael Leonhart, Christian Scott, John Schneider, Eric Vloeimans, Laurent Blondiau, Bert Joris, Herb Robertson, Thomas Heberer, Joe Foxx Smith, Mathias Eick, Arve Henriksen, Marvin Stamm, Cynthia Robinson ... Impossible de les citer tous, les recoins du North Sea Jazz sont insondables.

Dave Douglas
au North Sea Jazz Festival 2007 photo © Christian Ducasse

Au sein de ce gotha, Ornette Coleman apparut avec sa trompette. L’accueil fut tel qu’il signa son concert en serrant les mains tendues de la standing ovation déclenchée par son band à trois basses. Aussi impressionnant qu’impressionné, Ornette finit par s’agenouiller devant cette audience remplie d’admiration.

:::::::::: :

:::::::::: :

Retour vers la Seine, Paris rive droite le 25 juillet.

Les trompettistes se sont-ils donné le mot pour s’approprier ce mois de juillet ?
Roy Hargrove omniprésent sur le vieux continent achève au New Morning sa vaste tournée. Dans quelques jours il sera à l’Hollywood Bowl de Los Angeles pour célébrer les 100 ans de la naissance de Benny Carter. Son quintet survitaminé enflamme une salle bondée deux soirées d’affilée.

Eddie Henderson et un nouveau venu : Dovonte Mc Coy
Sunside, Paris juillet 2007 - photo © Christian Ducasse

Au Sunside ultime réunion de pistons autour d’un nouveau venu : Dovonte Mc Coy.
Eddie Henderson rejoint le quartet co-dirigé par le batteur Steve Williams et le précieux pianiste Larry Willis.Tard dans la nuit Stephane Belmondo venu en auditeur libre retrouve la batterie de ses débuts. Rasul Siddik salue à tour de bras. Nul ne songe à conclure les échanges.

Rue des Lombards, les musiciens savent être chez eux quelque soit l’heure, quant au public avisé, qui se risquerait à lui contester cette riche proximité ?

Dans la même rubrique

13 octobre 2017 – Monk à la Dynamo

29 juillet 2017 – De Terronès à Tercinet

18 juin 2017 – Hommage à Michel Delorme.

28 mai 2017 – Annuaire du jazz 2017 en Bourgogne-Franche-Comté.

17 avril 2017 – Biophilia Records : un label vraiment écologique ?

Rechercher

Partager, commenter et plus...

RSS 2.0

Articles les plus récents

16 janvier – Dracula, un gentil conte pour les enfants

13 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 55

6 janvier – Le Pérégrin Pérambule encore - 54

26 décembre 2019 – Jean François Pauvros - 7 films de Guy Girard

23 décembre 2019 – Le jazz et la scène - Thomas Horeau

21 décembre 2019 – Pierrick Hardy Quartet - L’ogre intact

20 décembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Décembre 2019

18 décembre 2019 – Sylvain Rifflet et la mécanique du temps.

16 décembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule Encore - 53

9 décembre 2019 – Boujou Jazz Factory - Jazz dans les prés

3 décembre 2019 – Tord Gustavsen Quartet au Théâtre de Caen

1er décembre 2019 – Benjamin Moussay piano solo

29 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 52

27 novembre 2019 – Gabor Gado, Laurent Blondiau quintet

25 novembre 2019 – L’Appeal Du Disque - Novembre 2019 # 2

23 novembre 2019 – Le Pérégrin Pérambule encore - 51

20 novembre 2019 – Gourmet, un sextet venu du froid