Vous êtes ici : Accueil » Disques, livres & Co » Chroniques 2022 » Trois Disques Pour Voyager Sur Place

Trois Disques Pour Voyager Sur Place

D 20 juin 2022     H 05:00     A Jean-Louis Libois    


LUDIVINE ISSAMBOURG/ANTILOOPS . Supernova

Loops Productions

Ludivine Issambourg : flûtes
Nicolas Derand  : claviers
Timothée Robert : basse
Julien Sérié : batterie

Invités :
Théo Ceccaldi : violon
Ellinoa : chant
Dj Greem : scratch

Après la réussite de son troisième disque “Outlaws” qui revisitait superbement l’oeuvre du flûtiste Hubert Laws (culturejazz, fév 2020), Ludivine Issambourg propose “Supernova”. Sorti en mai dernier, il a été présenté fin mai au public de Jazz sous les Pommiers- et sa parution vient d’être fêtée au New Morning ce 15 juin dernier.
Le futurisme assumé des précédentes publications est toujours à l’œuvre dans ce dernier opus “Supernova” (déflagration d’une étoile accompagnée d’une grande luminosité) dans lequel la flûtiste retrouve ses compagnons de route d’Antiloops. Idem pour son inspiration musicale dans la continuité, même s’il ne s’agit pas de reprises ici mais de compositions personnelles avec Nicolas Dérand (claviers). Sans véritable hiatus, avec les machines toujours aux avant postes et l’électro funk pour décor, l’horizon mélodique n’est jamais perdu de vue.
De la flûte aux lèvres, il n’y a pas loin et c’est l’un des plaisirs pris à l’écoute de ce disque que cette étrange alliance ( alliage) du corporel et de la machine qui combine ainsi l’intime et le cosmique.
Ajoutons qu’ordinateur ou sélénite, l’extra terrestre Théo Ceccaldi prête son violon et sa voix (?) à l’occasion de ce voyage, animé par ailleurs par le DJ Greem au scratch et par ses habituels compagnons de route galactique, Nicolas Durand aux claviers ,Timothée Robert à la basse et Julien Sérié à la batterie, sans oublier la chanteuse invitée Ellinoa, le temps d’un chanson - comme on dit chez les terriens.


https://www.ludivineissambourg.com/


EVA SLONGO . Souffle

Continuo Jazz

Eva Slongo : violon
Giovanni Mirabassi : piano
François Moutin : contrebasse
Baptiste Herbin : saxophone (1 et 7)

Avec deux parrains de prestige, le guitariste Biréli Lagrene et le violoniste Jean-Luc Ponty, une profession de foi tranchante qui accompagne la présentation du disque ACAC(« Après un cursus classique éprouvant, à travers l’improvisation jazz », elle a enfin trouvé une liberté d’expression salutaire »), la violoniste a de quoi faire parler d’elle et marquer les esprits.
On retrouve tous ces ingrédients dans son Cd « Souffle », à la fois le talent de ses aînés et le partage entre deux mondes, classiques et jazz. Il est vrai que nombre de thèmes du répertoire classique tiennent lieu depuis un certain temps de standards pour le jazz. Si la pratique du violon classique d’Eva Slongo explique bien sûr la présence de G. Fauré, Beethoven ou bien encore E. Satie, cela n ‘enlève rien à la qualité de ses propres compositions, paroles et musique (le plus souvent). Ainsi, ces deux titres « Les poèmes du vent » et « Petite Douceur ». L’improvisation vient prolonger ces moments du répertoire sous les doigts de la violoniste et ceux du pianiste Giovanni Mirabassi. C’est très naturellement que ce dernier établit le pont entre classique et jazz.
Histoire de dosage parfaitement réussi entre deux univers amenés à de plus en plus se rencontrer.
Rendez vous au Bal Blomet (Paris) le 22 juin


www.evaslongo.com/souffle


SIMON CHENET . Le Jour des Vermeilles

Autoproduction

Simon Chenet : guitare
Etienne Chenet : basse-bassefretless
Xavier Hamon : batterie
Mauricio Santana : guitare rythmique
Koto Brawa  : percussions
Alejandro Falcon  : piano

Coloré et relaxant, aux antipodes de la prétention ( même s’il doit son titre à Louis Aragon) ce disque, à l’instar de sa pochette ravira ceux qui ne rêvent pas -ou plus- du “grand soir” mais qui aiment les soirs d’été où la chaleur est toujours là, les bruits de la journée atténués et pourquoi pas, avec en fond sonore le flux des vagues en fond sonore ? Bref, rien de révolutionnaire dans tout cela, et cependant on peut se retrouver à “L’Aube à la Havane” sous les doigts, il est vrai, du pianiste et compositeur cubain Alejandro Falcon. Oscillant entre soul et bossa, le guitariste rythmique de Mauricio Santana confirme cette touche latine. A cela, s’ajoutent toutes les musiques du monde rapportées par le guitariste Simon Chenet lors de ses multiples tournées sur les cinq continents pour composer cet ensemble “Le jour des Vermeilles”.
Simon Chenet et ses musiciens présentaient leur disque au public parisien du Sunset, le 9 juin dernier.


www.instagram.com/chenetsimon

Signalons enfin la suite des rééditions des précédents disques du pianiste Pierre de Bethmann (culturejazz déc 2021) . Après “Illium” (2002) "Complexes" (2004), c’est au tour de “Oui" (2006) et ”Cubique”(2009)d’ être réédités avant “Go” à suivre.